études sur la vape

La cigarette électronique vous veut du bien : c’est ce que disent ces études sur la vape

Quand on parle de cigarette électronique, deux écoles s’affrontent. Il y a les pour, qui se font souvent de fervents défenseurs du vapotage. Et il y a les contre qui voient dans la vape un produit assimilable au tabagisme, voire même plus dangereux que le tabac lui-même.

Aujourd’hui, c’est du positif que nous vous proposons ! Chez cigaretteelec.fr, il n’y a pas de scientifique pour analyser consciencieusement les bienfaits et/ou les méfaits de la cigarette électronique. Nous avons donc décidé de vous dresser un panorama des études sur la vape en faveur de la cigarette électronique. Que disent-elles ? Quelles sont leurs méthodes d’analyse ? Best of des études sur le vapotage publiées en 2018 ou en 2017.

Avant de lire les études sur la vape

La cigarette électronique est un produit récent. Comme tout produit récent, la littérature scientifique la concernant est balbutiante. C’est-à-dire qu’il existe des enquêtes sur la vape, mais elles sont moins nombreuses que sur le tabagisme par exemple. On dit souvent également qu’on manque de recul sur le produit. Il faut entendre par là que les effets de quelconque méthode sur le long terme…ne peuvent s’analyser que sur le long terme.

La cigarette électronique est une méthode de sevrage tabagique. Pour de nombreux scientifiques et professionnels, c’est aussi une méthode de réduction des risques. Un produit moins toxique que le tabac. D’ailleurs, le gouvernement britannique n’estime pas son innocuité à 100%, mais considère qu’elle est 95% moins nocive que le tabac fumé.

Etude sur le vapotage n°1 : c’est une aide au sevrage tabagique

En Grande Bretagne au moment de cette enquête, plus de 2,9 millions de personnes vapotaient et plus de la moitié étaient des ex fumeurs. D’après les résultats d’ASH et de son enquête annuelle Smokefree GB.

L’enquête a tordu le cou à l’idée selon laquelle le vapofumage était majoritairement répandu. Dans ce cas précis, c’est le contraire. Il y a plus d’ex fumeurs vapoteurs que de vapofumeurs. Elle a également démontré que la volonté de sevrage était plus forte chez les vapofumeurs sur le long terme.

Plus ils vapofument, plus leur volonté de se débarrasser du tabac était forte. Le Vaping Post a rédigé un article sur cette étude que nous vous invitons à lire.

Enquête sur le vapotage : des millions de vies sauvées

Si tous les fumeurs choisissaient de passer du tabac à la cigarette électronique, 6,6 millions de décès pourraient être évités d’ici 2100 aux Etats-Unis. Ca se passe de commentaires mais on vous fait quand même le récap’ de l’étude dans cet article.

Etude sur le vapotage n°3 : le risque de développer un cancer est 57.000 fois moins important qu’avec le tabac

Cette étude nous vient directement d’Italie. Elle a conclu que le risque de développer un cancer avec la cigarette électronique était moins important. Nettement moins important puisqu’il serait 57.000 fois inférieur qu’avec le tabac fumé.

Ce qui est intéressant dans cette étude, c’est que les chercheurs ont pris en compte la composition de l’aérosol et des particules. Ils se sont appuyés pour ce faire sur les articles scientifiques. Contrairement à d’autres enquêtes qui ne s’intéressent qu’au nombre et à la taille des particules, ils ont analysé leur composition.

L’étude a donc démontré que la cigarette électronique exposait le consommateur aux microparticules de moins de 10 μg. Mais grâce à l’analyse pointilleuse sur la composition de l’aérosol, ils ont pu conclure que le vapotage réduit les risques de cancer, toujours par rapport au tabac.

Une étude britannique penche également en faveur d’une moindre dangerosité. Les chercheurs ont observé de vrais fumeurs pour parvenir à cette conclusion. Ils ont remarqué que les ex fumeurs de tabac s’étant sevré avec la cigarette électronique depuis six mois ou plus, avaient une concentration de produits toxiques et cancérigènes moins importante que chez les fumeurs. On vous en parle ici.

Dans cette étude sur la cigarette électronique, les personnes se sevraient plus facilement du tabac avec la cigarette électronique

Comment les américains font-ils pour arrêter de fumer ? Pour tenter de répondre à cette interrogation, Brad Rodu et Nantaporn Plurphansat ont compilé les données de l’enquête nationale américaine PATH. Outre la préférence pour l’arrêt radical, il est apparu qu’ils avaient plus de chances de succès avec la cigarette électronique.

Pour parvenir à ces conclusions, les données ont été recueillies auprès de fumeurs ayant tenté d’arrêter au cours des 12 derniers mois.
D’ailleurs, c’est ce qu’on conclut également des chercheurs de la Georgetown University Medical Center aux Etats-Unis. D’après le docteur David Levy, un des responsables de l’étude « les chances de réussite augmentent de 10 % à chaque jour supplémentaire » avec le vapotage.

>Le récap de l’étude issue de l’analyse des données PATH par ici
> Le détail de l’étude de la Georgetown University Medical Center par là

Publié par

fanny

Fanny rédige des articles liés à l'actualité autour de la cigarette électronique depuis 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *