Avis médical sur les dangers de la e-cigarette

 

avis medicaux cigarettes électroniques

(Uniquement pour les fumeurs)

Le Propylène glycol (Source INRS)


Analyse des études effectuées sur le propylène glycol utilisé pour les cigarettes électroniques

"Aucune étude sur les données de la toxicité, sur le développement ou la reproduction n'a été répertoriée chez l'homme en ce qui concerne la cigarette électronique." http://www.inrs.fr/demeter/DEM%20050.pdf

Cependant, le métabolisme ainsi que la toxicocinétique du propylène glycol semble être similaire chez l'animal et chez l'adulte. Un certain nombre d'études animales ont été réalisées avec les résultats suivants:

  • Aucune toxicité sur le développement, aucune toxicité sur la reproduction avec du propylène glycol testé à forte doses sur des hamsters et lapins.
  • Aucune donnée pertinentes n'ont été mises en évidence en ce qui concerne les tests de dominance létale chez le rat.
  • Chez la femme enceinte il semble exposer le fœtus à l'acidose métabolique mais l'activité de l'alcool déshydrogénase étant très faible chez le nourrisson aucun signal d'alerte n'a été mis en évidence.
 

Les conduites à tenir pour les médecins généralistes concernant l'usage de la cigarette électronique:

  • sur la fertilité: absence de signe d'alerte détecté à l'introduction du  Propylène glycol, en cas de difficultés à procréer, il n'y a pas d'éléments permettant de soupçonner ce produit.
  • sur l'exposition durant la grossesse: absence de signe d'alerte détecté à l'introduction du  Propylène glycol, en cas d'exposition n'entrainant pas de toxicité chez la mère, le risque d'effet sur l'embryon est peu probable. Il n'y a donc pas de précaution spécifique à l'état de grossesse. Cependant, il est évident que les femmes enceintes ne doivent en aucun cas fumer quel que soit le tabac !
  • exposition durant l'allaitement: en cas de signe clinique chez l'enfant une consultation pédiatrique est à envisager  même si aucune étude publiée chez l'homme ou chez l’animal ne met en évidence des risques.                                                institut national de recherche et de sécurité
 
 

Source INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) 

Recherche effectuée par Arthur Falque étudiant en 4ème année à la faculté de medecine de la Timone Marseille.

INRS: L'Institut est financé en quasi totalité par l'Assurance Maladie Risques Professionnels via le Fonds national de prévention des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelle.

 

Avis médical du Dr Keith Ablow psychiatre très reconnu aux Etats Unis à propos des substances addictives

Le psychiatre Dr Keith Ablow a publié un avis médical dans Fox News concernant les bienfaits de la cigarette électronique

Traduction de son article du site foxnews.com/health

                                                                            dr keith ablow donne son avis medical sur la cigarette électronique

Dr Keith Ablow recommande les cigarettes électroniques pour les fumeurs qui ne parviennent pas à arrêter en appliquant les autres méthodes.

Dr Keith Ablow, un psychiatre de renom qui est un journaliste de nouvelles médicales pour Fox News, a publié un article dans lequel il recommandait  les cigarettes électroniques comme un outil de sevrage tabagique pour les fumeurs qui ne parviennent pas à arrêter de fumer en utilisant les autres méthodes.

Dr Ablow écrit: «Comme bon nombre de mes patients déclarent avoir utilisé les cigarettes électroniques pour réussir à arrêter de fumer, je les recommande à tous ceux qui ont essayé d'arrêter de toutes les autres manières possibles. Je pense qu'il est temps que les médecins commencent à les conseiller aussi ! ".

Dr Ablow commente également sur la raison pour laquelle les cigarettes électroniques semblent être efficaces pour de nombreux fumeurs: «La raison pour laquelle mes patients me disent que les cigarettes électroniques fonctionnent mieux que le patch ou  la gomme à la nicotine, c'est qu'elles simulent l'acte de fumer, mais pas parfaitement. Elles sont assez bonnes pour se substituer à de vraies cigarettes, mais elles ne sont pas assez bonnes pour devenir une dépendance. Par analogie, dans le domaine de la dépendance alimentaire ce serait quelque chose de bas en calories qui vous remplit suffisamment pour éviter les frénésies en bonbons ou autres. Cela vous donne une certaine distance avec la dépendance, et on arrive ainsi à l’oublier.

"Tout en reconnaissant qu'il y a des problèmes de santé potentiels, le Dr Ablow souligne que ces produits sont indéniablement beaucoup plus sûr que les vrais cigarettes: "Il ya certainement une controverse quant à savoir si les cigarettes électroniques sont inoffensifs, et les critiques ont également trouvé d'autres substances dans la vapeur dégagée par les cigarettes électroniques substances même causant le cancer, mais dans de très petites quantités qui ne causent pas de gênes aux utilisateurs. Ce que personne ne semble vouloir faire valoir, c'est que les cigarettes électroniques, EGO ou de toutes autres marques, ne sont pas aussi dangereuses que de fumer des vraies cigarettes, revendique le docteur et montre que son dispositif évite 4.000 toxines que l'on trouve dans les cigarettes. "

Dr Ablow conclut: «Compte tenu de mes expériences et de celles de nombreux cliniciens avec qui j’ai parlé. On pourrait imaginer que les médecins donnent des cigarettes électroniques à leurs patients qui fument, et les encouragent à les utiliser. Par la suite on interrogerait ces patients sur des périodes de plusieurs mois et on les comparerait aux données que l’on dispose à propos des effets du tabac. Si cette étude viendrait montrer l’efficacité des cigarettes électroniques, il pourrait être judicieux que les compagnies d’assurance médicale offrent aux fumeurs des cigarettes électroniques gratuitement. Cela leurs permettrait déconomiser beaucoup d’argent face aux couts des traitements liés aux maladies cardiaques, cancer et j’en passe. »

Il est ainsi agréable de penser dans le sens de la cigarette électronique comme une lutte contre le tabagisme et ses conséquences, plutôt que de penser de façon fermé d’esprit et dans l’attente indispensable de confirmation scientifique du bienfait des cigarettes électroniques. Temps qui profite à l’industrie du tabac qui tue chaque jour des milliers de personnes.

Il semble donc judicieux de pousser les fumeurs voulant arrêter la cigarette à passer à la cigarette électronique étant donné le succès de ce produit auprès d’un grand nombre de personnes aux Etats unis d’Amérique.

Comme le Dr Ablow le souligne, les cigarettes électroniques sont une niche idéalement situé sur le marché de la cigarette : Elles reproduisent suffisamment bien la sensation de fumer pour permettre aux anciens fumeurs de s’arrêter ; et elles ne sont pas assez agréable pour donner envie aux jeunes de se mettre à fumer.

Les études concernant les cigarettes électroniques devraient devenir une priorité pour les Etats à travers leurs travaux de recherche.

 

Avis médical du Docteur  Granger (pneumologue) sur le effets de cigarette électronique sur la santé

                                                                  Docteur Granger (Pneumologue)

Pneumologue et Président du Comité départemental des Maladies Respiratoires de Dordogne

Une étude observationelle paru le 5 décembre 2012 nous révèle que " l’usage de la cigarette électronique entraîne de façon significative une forte diminution du tabagisme chez 72% des fumeurs de cigarette traditionnelle"

L'enquête devait durer trois mois, puis avec l'accord du directeur de la Caisse primaire d'Assurance-maladie (CPAM), les recherches se sont poursuivies au Centre du bilan de santé. Elles ont été placées sous la responsabilité du docteur Brigitte Cornette, tabacologue et ont permis de recueillir des témoignages de fumeurs faisant l'usage de ces cigarettes électroniques.

L’étude sur les conséquences médical a été réalisée sur 100 fumeurs qui n’avaient pas la volonté d’arrêter de fumer et qui ont bien voulu se prêter au jeu en utilisant des cigarettes électroniques pendant au moins 3 mois.

Le résultat est positif et très significatif sur les bienfaits de la cigarette électronique:

  • l’état de santé de 8% de ces personnes s’est amélioré et ils ont souhaité arrêter définitivement,
  • 61% de ces fumeurs ont réduit de plu de la moitié leur consommation de cigarettes traditionnelles
  • 34% n’ont pas ressenti de manque.

Le docteur Pneumologue Jacques Granger affirme que la cigarette électronique “est une technique supplémentaire que les pouvoirs publics et les personnels de santé devraient donner en conseil”

L’avantage de la cigarette électronique est que contrairement au tabac traditionnelle, il n’y a pas d’oxyde de carbone, de combustion mais aussi beaucoup d’autres produits nocifs (arsenic,hydrogène,etc)


Le Professeur Robert Molimard est l’un des précurseurs de la recherche sur le tabagisme et le père fondateur de la tabacologie en France.

Le Dr Molimard est l'un des grands spécialistes de la tabacologie en France.Président de la Société de tabacologie, qui garantit entre autre la compétence des centres ex-F, centres d'aide au sevrage tabagique, il raconte son expérience et livre son expertise

                                                          189980-robert-molimard-recu-sur-nouvelobs-com                       41T4Up7UPuL._SL500_AA300_  


En 1983, il fonde la Société d’étude de la dépendance tabagique et des phénomènes comportementaux apparentés dont le but est de promouvoir la recherche sur le tabagisme. Puis en 1986, il crée le premier véritable enseignement en tabacologie à l’Université Paris Descartes sanctionné par le  Diplôme d’université d’étude de la dépendance tabagique et des phénomènes comportementaux apparentés qui deviendra le Diplôme inter-universitaire de tabacologie.

Au delà de la formalisation théorique, cet esprit curieux est à l’origine de travaux expérimentaux très interessant sur l’addiction à partir de tests sur des rats et les souris.En s’appuyant sur ses recherches expérimentales, il se distingue de la majorité de ses confrères par sa remise en cause des théories de dépendances reposant essentiellement sur la nicotine qui selon lui sont surtout une manne financière pour l’industrie pharmaceutique est seraient un frein pour identifier les autres causes de la dépendance tabagique. Il a souvent eu des prises de positions pour défendre les fumeurs qu’il assimile à des victimes de la puissance des laboratoires pharmaceutiques et des industries du tabac.

Le Professeur Robert Molimard a dénoncé la stigmatisation qui touche les fumeurs et les hausses du prix du tabac qu’il estime inefficaces et qui réduirait le budget des plus modestes, principaux touchés par le tabagisme tant au niveau financier que sur la santé.


Avis médical de David Sweanor 

Voici une interview avec David Sweanor a travaillé pour l’union internationale contre le Cancer, l’Organisation Mondiale de la Santé, la banque mondiale et la Pan American Health Organization, sur la question de la réduction des méfaits de la cigarette traditionnelle. Fort de son expérience, son avis est très constructif et motivant pour les personnes en phase de se débarrasser du fléau du tabac!

Voyons son avis médical:

E4900_852x480_2188704076

La question des cigarettes électroniques est un sujet d’actualité.

Comment voyez-vous l’avenir ? 

"Je pense que nous sommes à l'aube d’une révolution sur la délivrance de la nicotine grâce à la e-cigarette. Mais, tout comme la révolution des télécommunications, il est difficile d’anticiper sous quelle forme exacte elle évoluera. Mais il est sage de penser que les intérêts et l’esprit d’entreprise des consommateurs se combineront pour provoquer un changement fondamental, comme nous le constatons déjà avec la croissance rapide des produits du tabac sans combustion dans des pays tels que la Norvège et les Etats-Unis et par l’accroissement de l’utilisation de produits de substitution de nicotine pour des buts autres qu’un sevrage nicotinique immédiat.

Je suis en outre persuadé que certains des produits  les plus réussis aideront les consommateurs de tabac à se sevrer de la nicotine au fil du temps. Ainsi des centaines de millions de décès causés par la fumée de la cigarette traditionnelle seront évités grâce à un plus grand choix pour les consommateurs et une prolifération de produits innovants de diffusion de nicotine comme la cigarette électronique"

 


Avis du Professeur Louis Jeannin 

professeur Louis Jeannin

« La cigarette électronique, amie ou ennemie ? » C’est la question que se sont posée le Comité contre les maladies respiratoires (CCMR) et la Fondation du souffle. Et pour les pneumologues membres de ces structures, la réponse est clairement « amie ». Dans l’édition du mois d’août de « La lettre du souffle », la Fondation fait le point sur la cigarette électronique. Et au vu des preuves scientifiques qui s’accumulent, les pneumologues refusent de regarder passer le train de la e-cigarette sans monter dedans. Devant l’enthousiasme des milliers de fumeurs qui ont arrêté de fumer ou diminuer leur consommation de tabac, les pneumologues mettent en avant la toxicité bien moins importante de la e-cigarette par rapport à la cigarette traditionnelle.


Entretien avec le Pr Louis Jeannin, ancien chef de service de pneumologie du CHU de Dijon et président du comité contre les maladies respiratoires de Côte d’Or.

  • Pourquoi Docteur : Pourquoi le comité des maladies respiratoires a pris position sur la cigarette électronique alors que les preuves de son efficacité et de son innocuité ne sont pas encore très claires ?
 
  • Pr Louis Jeannin : Il est vrai que des études paraissent presque tous les jours. Il s’agit donc d’une prise de position provisoire. Mais, la cigarette électronique représente un tel mouvement citoyen, avec environ un million d’utilisateurs réguliers, que nous, médecins, ne pouvions pas restés en dehors, et ne pas se positionner sur une réglementation de cet usage. Par ailleurs, quand on sait le chemin de croix que représente le sevrage tabagique, et que l’on découvre que des personnes qui ont essayé la cigarette électronique arrêtent alors qu’elles n’en avaient pas l’intention, c’est une telle révolution que ça vaut la peine que nous nous interrogions. Pour rien au monde, ces personnes voudraient se retrouver avec une interdiction de vente de ce produit.

  • Pourquoi Docteur : Mais peut-on dire que la cigarette électronique est un produit d’aide au sevrage tabagique ?

  • Pr Louis Jeannin : Tout ce qui permet de diminuer la consommation de tabac est de toute façon bon à prendre. Certes, le fait de moins fumer n’est pas une garantie d’arrêt à terme. Mais, la e-cigarette reste malgré tout un outil de réduction des risques. C’est déjà un résultat qui a sa valeur. Par ailleurs, le fait que la diminution voire l’arrêt soit si rapide, c’est confondant pour les personnes. Elles en tirent une grande satisfaction. Alors que d’habitude, les personnes en sevrage vivent plutôt un épisode dépressif que les tabacologues essaient de prévenir en prescrivant des anxyolitiques. C’est donc très nouveau dans l’arrêt du tabac. Certes, cet outil n’est pas efficace chez tout le monde mais pour les autres, c’est formidable. L’autre grand avantage de la cigarette électronique, c’est que ce sont les fumeurs eux-mêmes qui choisissent cette méthode, et pas le médecin.

  • Pourquoi Docteur : La toxicité des produits contenus dans la e-cigarette ne vous inquiète pas ?
 
  • Pr Louis Jeannin : Si on parle de toxicité, il faut la comparer avec celle de la vraie cigarette. Les experts ne sont pas tous d’accord mais la différence de nocivité est énorme. C’est un rapport de 1 pour 1000 ! Il n’y a donc pas d’hésitation. Par ailleurs, une étude sur les principales marques européennes de cigarettes électroniques vient de montrer que la plupart des produits sont de qualité pharmacologique. Donc, la nicotine par exemple, n’a rien à voir avec celle qui était dans les cigarettes chinoises. Elle est de qualité semblable à celle que les laboratoires peuvent utiliser pour fabriquer des substituts nicotiniques. Enfin, mener des études à long terme pour évaluer les dangers de cet outil me semble très compliqué. Comment voulez-vous faire la différence entre les dommages causés par la vraie cigarette et ceux dus à la e-cigarette dans la mesure où les vapoteurs ont souvent été fumeurs avant ? Et attendre des années pour faire une législation alors qu’il y a des millions d’utilisateurs dans le monde, voilà quelque chose qui est bien stupide !

  • Pourquoi Docteur : Au printemps, la ministre de la santé a proposé des mesures pour encadrer l’utilisation de la cigarette électronique. Vous semblent-elles satisfaisantes ?

  • Pr Louis Jeannin : Je suis d’accord avec sa proposition d’interdire le vapotage dans les lieux publics. Il faut que la vraie et la e-cigarette soient logées à la même enseigne. En revanche, je ne suis pas d’accord avec l’interdiction de vente aux mineurs. Mais a-t-on bien réfléchi ? Les fumeurs les plus à risques, ce sont les plus jeunes. On sait bien que plus le tabagisme est précoce, plus il est dangereux à terme. Donc, si ces jeunes s’aperçoivent que la cigarette électronique les aide à diminuer voire à arrêter, on a déjà considérablement amélioré les choses. Quant au gamin qui n’est pas fumeur et qui pourrait passer de la e-cigarette à la vraie, c’est un risque purement potentiel. Donc cette interdiction aux mineurs me semble totalement contre-productive.
 

Avis sur la cigarette électronique du Professeur et Tabacologue de renommé Gilbert Lagrue

 

 

Selon ce Professeur la cigarette électronique est "la belle surprise", elle est arrivée sans publicité d'un inventeur Chinois qui a inventé le produit de sevrage le plus efficace de tous les temps. Comment les Etats et laboratoires pharmaceutiques ont ils fait pour ne pas avoir trouver de solution aussi efficace que la e-cigarette avec des moyens financiers aussi importants que ceux dont ils disposent? La cigarette électronique aurait elle pu être inventée avant 2004? Probablement que oui,cependant, il y a fort à parier que les lobbies de l'industries du tabac usés de leurs puissances financières pour décourager ce type d'invention.



Résultat de la conférence internationale sur la cigarette électronique ( Mardi 12 novembre à Londres)

Ce mardi, plus de 250 chercheurs, médecins et spécialistes dans la pneumologie, la cardiologie et la tabacologie se sont réunis à Londres pour analyser les effets de la cigarette électronique sur la santé.

Les résultats sont univoques !

"Le remplacement de la cigarette traditionnelle par la cigarette électronique peut sauver des millions de vie" a rappelé Robert West, directeur des études sur le tabac au centre britannique de lutte contre le Cancer (Cancer Research UK)

Le Docteur Jacques Le Houezec,spécialiste Français des questions de santé publique et de la dépendance au tabac, a déclaré lors de cette conférence que la cigarette électronique contiendrait également des susbtances nocives mais en proportion nettement inférieure,leur présence est "entre 9 et 450 fois moins nocives que dans une cigarette traditionnelle!"

D'une manière générale, cette conférence a mis en avant les bienfaits de la cigarette électronique par rapport à la cigarette traditionnelle, en effet, le gain lors du passage à la e-cigarette est considérable et pourrait à terme sauver des millions de vie dans le monde.

Rappelons que près de 5.4 millions de personnes meurt chaque année des conséquences directes liées à la consommation de cigarette.(source: Cancer Research UK)

Cependant, comme tout produit touchant à la santé publique, il est nécessaire que des mesures de sécurité doivent être mis en place afin d'assurer la traçabilité et la qualité des liquide pour cigarette électronique. Il serait nécessaire d'obliger les revendeurs à ne vendre uniquement des recharges de liquide Français.

 


Avis médical du Docteur (Pneumologue) PEGLIASCO à l'hôpital Ambroise-paré à Marseille

avis médical sur la cigarette électronique

Ce pneumologue et président de l’AFORSPE (Association nationale de coordination des actions de Formation et d’évaluation dans le domaine de la médecine Spécialisée) s’est créée en 1990 pour assurer la formation continue des médecins spécialistes. L’association est devenue un organisme central dans la formation des médecins spécialistes et plus récemment dans l'évaluation de leur pratique professionnelle (EPP) 

Dr PEGLIASCO s'est récement investi dans l'étude effectué par les 100 médecins (dont lui même) (voir ici l'article du blog de cigaretteelec afférent à l'appel des 100 médecins) afin d'encourager les fumeurs à opter pour la cigarette électronique, qui est considéré comme une alternative très interessante pour sortir de l'enfer du tabac. Ce pneumologue voit tous les jours défiler des patients atteints de Cancer divers, qui ne sont jamais parvenus à écraser leur dernier mégot. 

« Ces gens-là ont un cancer et pour eux il est déjà trop tard. Je veux conseiller aux autres de s’éloigner du cancer en utilisant la cigarette électronique comme moyen de sevrage. »

Un nouvelle fois la différence de nocivité entre la cigarette électronique et la cigarette traditionnelle est pointé du doigt par un spécialiste en la matière.


Du nouveau sur l'actualité de la cigarette électronique 

Comme l'énonce cette vidéo du journal de 20h sur TF1, la e-cigarette fait l'objet d'un succès très important auprès des personnes déisrant en finir avec le tabac. En effet, son succès se traduit comme le démontre cette vidéo par une baisse historique de 7,6% en 2013 des ventes de tabac en France. Ainsi la cigarette électronique serait-elle entrain de remplacer le tabac classique? Permettant ainsi au gouvernement d'atteindre ses objectifs en terme de réduction de la population de fumeur Française. Au cours de l'article, une interview du professeur Dautzenberg, qui compare le fait de fumer à prendre l'autoroute à contre-sens. Cela vous laisse imaginez la différence de nocivité enre le tabac et la cigarette à vapeur.

N'hésitez pas à consulter la rubrique "médicale" de notre blog afin de rester informé des actualités de la e-cigarette sur votre santé.


Avis du Docteur Klein Jean-Michel

Avis médical du médecin Klein, Orl à Paris

Ce docteur qui excerce depuis plus de 30 ans est également président du Syndicat national des ORL. Selon lui les médias ne cessent de semet la pagaille dans le marché de ce nouveau moyen de sevrage révolutionnaire, voici un extrait d'une interview de ce médecin :

" Il faut arrêter de dire et d'écrire n'importe quoi sur la cigarette électronique ! Si nous ne connaissons pas tout d'elle, nous constatons que les malades vont mieux quand ils vapotent que quand ils fument. Et si cet outil nous permet de sauver quelques-unes des 73.000 personnes que le tabac tue en France chaque année, alors il est de notre devoir de nous y intéresser."

Une fois de plus, un médecin de la santé s'interroge sur les motivations des médias et autres groupes d'influences de semer la panique dans le monde des sevrages tabagiques. Comme il le souligne, la différence de dangerosité est certaine entre la ecig et le tabac, ainsi, les fumeurs qui passent à la e-cigarette réduisent les risques pour leur santé.


La e-cigarette est-elle meilleure pour la santé que la cigarette tradiotionnelle ?

Difficile de croire en la cigarette électronique lorsque les mentalités sont divisées en deux idéologies distinctes. L'une prétend qu'il ne s'agit que d'un prétexte issue d'un marché innovant et prometteur pour gagner de l'argent, l'autre croit sincèrement que l'e-cigarette est la solution pour arrêter de fumer.

De cette diversité surgie des préjugés basés sur des "on dit" qui impactent sur l'image de ce produit.

Toutes fois l'avantage de l'e-cigarette est qu'elle est dépourvue de tabac, de goudron et de monoxyde de carbone. Serte elle n'est pas totalement saine, mais comparé à la cigarette papier, il vaut mieux vapoter que fumer.

Photographie des différents paquets de tabac classique

Le docteur Bertrand DAUTZENBERG en fait d'ailleurs une métaphore : selon lui la cigarette électronique est équivalent à conduire à 130 km/h sur une autoroute. Fumer c'est rouler aussi vite, mais à contre sens!

Le docteur Michel SIEGEL, également professeur à l'université de Boston, a montré que le niveau en nitrosamine est 1400 fois inférieur chez la cigarette électronique et que les formaldéhydes sont 5 à 10 fois moins important. En effet, ces composants se produisent lors de la combustion d'éléments chimiques qui ne sont pas présents dans les e-liquides. En somme, il a démontré qu'un vapoteur se mettait moins en danger qu'en fumant!

D'ailleurs les adeptes d'havane qui se mettent à la cigarette électronique avouent ressentir une meilleure hygiène de vie. Plus d'odeur de tabac sur les habits, meubles mais aussi cheveux, une peau plus ferme et hydratées. En effet, la consommation de tabac diminue l'oxygénation de la peau dans sa totalité provoquant un relâchement plus rapide au niveau des bras, seins  mais aussi visage avec un teint plus gris est des rides qui apparaissent plus tôt.

Toutes les études déjà menées concernant la cigarette électronique ont montré que les 4000 composants du mélange papier des cigarettes ne constituent pas la vapeur. Seuls, très peu d'entités toxiques sont présentent mais à un niveau majoritairement considéré relatif.

Il faut savoir que plus les découvertes en matière de nouvelles molécules et substances ne seront développées, moins les e-liquides seront constitués d'entités toxiques et nocives.

Pour conclure, la cigarette électronique est donc la meilleure alternative pour arrêter de fumer. En effet, elle présente des risques sur la santé, mais elle n'a pas été inventée pour commencer à fumer mais bien dans une démarche d'émancipation au tabac. A choisir, il est moins dangereux à consommer une e-cigarette que du tabac papier.

Rajoutant à cette analyse, que la fumer de cigarette touche autant le consommateur que son entourage. Avec la vapeur d'une cigarette électronique, les personnes avoisinantes ne prennent aucun risque à rester auprès de vous puisqu'ils inhalent de la vapeur d'eau.


 

L'étude du docteur FARSALINOS sur la température des cigarettes électroniques

 Photo des tests sur la différence de température entre le tabac classique et l'e-cigarette

Ce cardiologue grecque, auteur de plusieurs écrits sur l'e-cigarette a annoncé sa nouvelle étude sur la température des e-cigarettes.

Comment la température influe-t-elle sur la dangerosité des produits du tabac ?


La température est l'un des facteurs qui influent sur la production de toxines.

Ses tests visent à examiner l'hydratation de la mèche qui est la principale responsable de la formation éventuelle de toxines dans la vapeur. Pour mener à bien son étude ses critères d'observations sont :

  • l'hydratation de la mèche
  • le type de matériel
  • le temps de pause

 Son analyse a montré que les mesures relevées variaient selon le protocole (diffèrent des modèles, de l'hydratation et de la pause). Cependant, elles restent nettement inférieures à celles observées chez la cigarette.

C'est donc dans un optique d'optimiser les risques éventuels que le docteur a voulue mettre en évidence l'importance de la température et à quel seuil celle-ci produit une vapeur plus nocive.

Pour le moment, aucune réponse n'a réellement été publiée, cependant il faut retenir qu'il est nécessaire de maintenir la bonne hydratation de votre mèche et de ne pas régler votre produit sur des températures trop élevées selon le modèle de votre résistance que vous utilisez.