E-cig : le taux de nicotine primordial dans le sevrage tabagique

Close-up Photo of CigaretteSouvenez-vous. En octobre 2016, nous partagions avec vous les conseils du Dr Philippe Presles pour réussir son sevrage tabagique. Le médecin affirmait que pour ne pas rechuter, il fallait maintenir pendant un an environ le taux de nicotine. L’arrêt brutal et rapide n’est pas forcément la meilleure des idées. Entre l’irritabilité, le manque de nicotine, le manque de concentration et tous les autres désagréments ressentis dus au sevrage, se passer totalement de nicotine peut conduire à la rechute rapide. Les spécialistes, dont le Dr Philippe Presle, recommandent de ne pas stopper l’apport en nicotine trop rapidement. Certains s’accordent même à dire qu’il faut un an avant d’envisager ne prendre plus aucun substitut nicotinique. Un point corroboré par une étude relayée par Destination Santé.

Maintenir un taux de nicotine est important pour ne pas rechuter

L’étude relayée par le site Destination Santé nommée E-cig 2016 a été menée pendant le Moi(s) sans Tabac. Elle s’est portée sur 61 fumeurs répartis dans 4 hôpitaux parisiens. Les chercheurs dirigés par Bertrand Dautzenberg se sont interrogés au sevrage tabagique avec la cigarette électronique. Ils ont constaté que la concentration en nicotine des dispositifs augmentait les chances de sevrage.

Les conclusions de l’étude affirment que trouver le taux de nicotine et de vapteur augmente de 35% l’envie de se sevrer du tabac. Les auteurs recommandent donc de déterminer un dosage en nicotine avant une tentative d’arrêt et ce, peu importe le substitut nicotinique utilisé. Un fait qui corrobore les propos de certains spécialistes et notamment ceux de Jacques le Houezec qui expliquait lui aussi dans une interview donnée à Ouest France que la nicotine était déterminante dans le sevrage tabagique. Le médecin expliquait alors que pour arrêter de fumer avec la cigarette électronique, il ne fallait pas vapofumer.  La raison principale ? Le cerveau assimile plus lentement la nicotine dans le cas du vapotage.  « Le cerveau a vite fait de faire le calcul »expliquait alors à ce sujet Jacques Le Houezec dans Ouest France.

 

Publié par

admin

Thibaud Durand est un auteur actif autour du sujet de la cigarette électronique, des impacts sur la santé de la cigarette traditionnelle, ainsi que de l'actualité autour du monde des vapoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *