ecologie et vapotage

Ecologie et vapotage : vapoter c’est mieux pour la planète !

On parle régulièrement des avantages du vapotage sur le tabagisme, avec pour argument principal une moindre toxicité estimée par de nombreux professionnels. Pourtant, l’e-cigarette présente un autre intérêt moins valorisé : vapoter c’est mieux pour la planète ! En effet, la cigarette électronique étant réutilisable, et n’engendrant pas de combustion, elle est moins polluante que le tabac. On vous explique en quoi l’e-cigarette est-elle moins toxique pour la planète.

Ecologie et vapotage : une réutilisation pour moins de déchets

Le site Planétoscope donne un aperçu en temps réel du nombre de mégots jetés dans le monde, et les chiffres sont impressionnants. D’autant plus que les mégots de cigarette sont très difficilement recyclables, sachant que 98% des cigarettes vendues le sont avec filtre. C’est une des parties les plus polluantes de la cigarette. Il est fabriqué avec de l’acétate de cellulose, qui est ensuite traité avec du dioxyde de titane, un perturbateur endocrinien bien connu. Puis le tout est compressé avec du triacétine… Bref, un filtre de cigarette est bourré de substances chimiques mauvaises pour la santé…et la planète !

Les mégots de cigarette sont non seulement difficilement recyclables, mais en plus très longuement dégradables. En effet, un mégot met 12 ans avant de se dégrader totalement. Un seul mégot de cigarette pollue 500 litres d’eau. C’est colossal et c’est étayé par les résultats d’une vaste enquête américaine qui qualifié les mégots de cigarette de danger n°1 pour nos océans.

Contrairement aux mégots, la cigarette électronique est recyclable et réutilisable

A l’inverse la cigarette électronique est réutilisable. Sauf pour certains modèles, on ne s’en débarrasse pas après usages. Et ce même s’il faut renouveler les batteries et les résistances. En effet, elles se recyclent de la même manière que vos batteries ordinaires. Pour ce qui concerne la cigarette électronique en elle-même, une fois le matériel hors d’usage (pour un renouvellement, une panne insoluble…) vous pouvez l’amener dans un magasin ou le confier à une organisation qui se chargera de recycler les éléments. C’est important ! Certains estiment qu’il faut 100 ans à une cigarette électronique pour se dégrader. Mais à l’inverse du mégot de cigarette, elle peut être valorisée.

Produire moins de déchets avec le DIY

Bien entendu comme de nombreux contenants, les flacons de e-liquides ne sont pas bons pour la planète ! Là encore il existe certains moyens pour limiter les déchets, outre le recyclage des flacons. Ainsi, pour limiter l’impact des petits conditionnements, pourquoi ne pas opter pour les e-liquides en diy ? Non seulement la solution est plus écologique, mais elle permet, en plus, de faire d’importantes économies.

→ Voir aussi : DIY : Comment fabriquer son e-liquide par ici.

Ecologie et vapotage… et l’air devient plus pur

On ne vous apprend pas que l’une des caractéristiques de la cigarette électronique est l’absence de combustion. C’est d’ailleurs la raison la plus souvent évoquée pour appuyer la moindre toxicité du vapotage par rapport au tabac. En effet, lorsqu’une personne fume, elle rejette dans l’atmosphère des produits toxiques. Beaucoup de produits comme l’explique le site de l’INPES :

« La fumée de cigarettes est un aérosol, un mélange de gaz et de particules qui contient quatre mille substances, dont plus de quarante sont cancérigènes. Une cigarette contient du tabac, de la nicotine, des agents de saveur et de texture : c’est ce qu’on lit sur les paquets de cigarettes. Ce qu’on ne sait pas toujours, c’est qu’une fois allumée, la cigarette devient une véritable usine chimique. Sa combustion provoque la formation de très nombreuses substances toxiques, dont les goudrons, des gaz toxiques (monoxyde de carbone, oxyde d’azote, acide cyanhydrique, ammoniac) et des métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, chrome). »

Si la vapeur des cigarettes électroniques n’est pas exempte de produits, ils sont moins nombreux et cette dernière s’attarde moins dans l’air environnant.

Publié par

fanny

Fanny rédige des articles liés à l'actualité autour de la cigarette électronique depuis 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *