Tabac : les traitements pour arrêter de fumer

Le Parisien.fr a mis au banc d’essai les méthodes pour arrêter de fumer, excluant de l’analyse la cigarette électronique, la preuve de l’intérêt dans le sevrage tabagique dans cette dernière n’ayant pas été scientifiquement prouvé. Voici les meilleurs traitements pour arrêter de fumer d’après le média qui s’est intéressé, aux médicaments, aux substituts nicotiniques et aux méthodes plus douces comme la mésothérapie.

Les traitements pour arrêter de fumer : les méthodes courantes

D’après le baromètre santé de l’Inpes, 6 fumeurs sur 10 ont envie de se sevrer du tabagisme. Ils sont par ailleurs nombreux à choisir le mois de septembre pour se lancer ce défi. Olivier Smadja, responsable de la plateforme Tabac Info Service dont les propos sont relayés par le Parisien, a ainsi précisé qu’un « pic du nombre d’appels à la rentrée, moment privilégié pour prendre de bonnes résolutions » était constaté au mois de septembre. Parmi les traitements pour arrêter de fumer, on compte les non officielles, la médecins douce, les médicaments mais aussi les traditionnels substituts nicotiniques. Patchs, gommes, sprays,… ces « remplaçants » agissent selon la même méthode : ils diffusent de la nicotine lentement et régulièrement dans l’organisme, ce qui permettrait de déshabituer le cerveau au produit de façon progressive. Ces substituts nicotiniques offrent un sevrage progressif, et permettent d’éviter le manque. D’après Olivier Smadja, ce type de traitement peut durer entre 6 semaines et 6 mois. Côté porte-monnaie, ces traitements pour arrêter de fumer sont remboursés partiellement par l’Assurance maladie quand ils sont prescrits par un médecin. Ces remboursements s’effectuent sur la base d’un forfait annuel de 50 à 150 euros pour les femmes enceintes, les jeunes de 20 à 30 ans, les bénéficiaires de la CMU et les patients atteints d’un cancer.

Les traitements pour arrêter de fumer : les médicaments

Uniquement délivrés sur ordonnance, le fameux Champix est une substance qui reproduit les effets de la nicotine sur les récepteurs neuronaux, et supprime ou atténue les symptômes de manque. Il aurait permis à 44% des fumeurs d’arrêter leur consommation, mais est souvent accusé de générer des effets secondaires importants et est totalement contre-indiqué chez les mineurs et les femmes enceintes.

Les traitements pour arrêter de fumer : la mésothérapie

La mésothérapie est peut être la plus douce des méthodes pour arrêter de fumer. Entre injections, acupuncture et psychothérapie, une séance de mésothérapie suffirait à dégoûter un fumeur du tabac.

Infographie réalisée par le Parisien.fr :

 

 -

Publié par

Thibaud

Thibaud Durand est un auteur actif et impliqué, spécialisé dans le domaine de la cigarette électronique. Lorsqu'il ne commente pas l'actualité du monde de la vape, vous le trouverez probablement sur sa planche de surf !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *