Tabac : la cigarette est dangereuse même quand on fume peu

cigarette est dangereuse même quand on fume peuUne étude a démontré que la cigarette est dangereuse même quand on fume peu ! Le risque d’hémorragie cérébrale est augmenté même avec une très faible quantité de tabac. Il semblerait que les femmes soient particulièrement concernées par le risque.

Article rédigé d’après les informations de France Tv Info. Pour lire l’article en intégralité sur le site du média, cliquez ici. 

Cigarette est dangereuse même quand on fume peu

« Je fume pas beaucoup ». « Je suis un fumeur de soirée ». Qui n’a jamais entendu cette phrase ? Nombre de fumeurs se déclarent comme des usagers occasionnels et estiment par conséquent limiter les risques. Des fumeurs qualifiés de « festifs » par France TV Info qui ne mesurent pas les dangers encourus. Car oui, la cigarette est dangereuse même quand on fume peu. Les fumeurs occasionnels subissent par conséquent les effets délétères du tabac et notamment le risque d’hémorragie cérébrale.

Une étude finlandaise publiée dans le revue Stroke s’est d’ailleurs penchée sur la question. L’analyse met un terme à cette fausse idée, prouvant que le tabac accru le risque d’hémorragie méningée, même à très faible taux. Ce trouble est dû à la rupture d’une artère des méninges et provoque un écoulement sanguin qui exerce une pression dangereuse sur le tissu cérébral. 20% des personnes atteintes décèdent des suites de l’hémorragie avant d’atteindre l’hôpital.

cigarette dangereuse même quand on fume peuUne étude prouve que la cigarette est dangereuse même quand on fume peu

Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques ont réuni un panel de 65.521 personnes en Finlande, dont la moitié était des femmes. Ils ont analysé les résultats sur 40 ans. Sur la totalité du groupe 492 volontaires ont été victimes d’une hémorragie méningée. En croisant les données avec les usages, les chercheurs ont conclu que le tabagisme occasionnel était aussi dangereux que le régulier en ce qui concerne ce trouble. Sur les 492 personnes touchées, 266 étaient des femmes. Les femmes considérées comme des grosses fumeuses (plus de vingt cigarettes par jour) ont vu le risque augmenter de 3.5 fois par rapport à des femmes non fumeuses.

Seul l’arrêt peut faire baisser le risque. Le risque baisse dès la première année d’abstinence et équivaut à celui d’un non fumeur au bout de cinq ans.

Publié par

admin

Thibaud Durand est un auteur actif autour du sujet de la cigarette électronique, des impacts sur la santé de la cigarette traditionnelle, ainsi que de l'actualité autour du monde des vapoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *