Prix du tabac : le vrai prix du tabac est de 13 euros

Free stock photo of notes, business, money, coinsArticle rédigé d’après les informations du lynx.fr

En mai dernier, le cabinet Microeconomix a calculé le prix du tabac, ce que le tabagisme coûte à la collectivité. Il en a conclu que pour équilibrer la balance, il faudrait que les fumeurs paient leurs paquets de cigarette 13.07 euros ! explications.

Prix du tabac : un paquet qui coûte cher

Dans le domaine des mesures de réduction du tabagisme, le prix du paquet de cigarette est souvent évoqué en top liste. Entre l’encadrement de la cigarette électronique, la hausse des taxes, les campagnes choc et le paquets neutre, la mesure a pourtant été occultée. L’idée de Microeconomix est d’aligner le coût social du tabagisme sur le prix du tabac. Car l’addiction au tabac pèse lourd sur les caisses de l’Etat contrairement à ce qu’on pourrait penser. Chaque année ce sont des milliards d’ euros qui s’envolent… afin de compenser cette perte pour l’Etat, il faudrait augmenter le prix du tabac et faire passer le coût du paquet de 6.50 euros à 13.07 euros.

Pour parvenir à ces résultats, le cabinet d’études s’est appuyé sur les travaux de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, les bases de l’Insee et celles de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé. Les chercheurs ont analysé l’impact financier du tabac sur la collectivité pour l’année 2013.

Prix du tabac : qui paie la note ?

Selon les résultats du cabinet d’études, l’Etat sortirait gagnant de l’équation…au détriment des entreprises ! La consommation du tabac est positive sur les finances publiques, et ce malgré le coût sanitaire et l’investissement pour limiter le tabagisme. D’après les chercheurs les recettes induites par la vente du tabac sont légèrement supérieures au coût de ce dernier pour la collectivité. (20.6 milliards de recettes contre 19.7 milliards de dépenses) Si les dépenses liées aux maladies représentent une part élevée des pertes financières de l’Etat, les taxes et les retraites non versées aux fumeurs rééquilibrent la note.

Du côté des entreprises entre les pauses cigarettes répétées, les absences et décès dus au tabagisme c’est un autre discours. Le tabagisme engendrerait une perte de production de 16 milliards d’euros.

 

L’Etat sort gagnant de la vente de cigarettes

Premier constat : la consommation de tabac a un impact positif sur les finances publiques. Le résultat est surprenant quand on sait les efforts fournis par l’Etat pour diminuer le nombre de fumeurs en France. Selon les chercheurs, les recettes liées à la vente de tabac (20,6 milliards d’euros) sont supérieurs à ce que cela lui coûte (19,7 milliards d’euros).

Bien que les dépenses de santé et les impôts non encaissés pour cause de décès prématurés des fumeurs représentent une part élevée des pertes financières de l’Etat, les taxes perçues sur les ventes de cigarettes et les retraites non versées aux fumeurs décédés rééquilibrent l’ensemble. Au total, c’est 1 milliard d’euros qu’empoche chaque année l’Etatgrâce au tabac !

Publié par

admin

Thibaud Durand est un auteur actif autour du sujet de la cigarette électronique, des impacts sur la santé de la cigarette traditionnelle, ainsi que de l'actualité autour du monde des vapoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *