La cigarette électronique un enjeu de santé publique ?

pexels-photo-65834-mediumAlors que les gouvernement européennes et américain tendent à limiter l’usage de la cigarette électronique, certains experts revendiquent sa moindre nocivité par rapport au tabac. La cigarette électronique un enjeu de santé publique ? Un édito rédigé par Marc Michelsen * publié dans les Echos est consacré à cette question. Vous pouvez le lire en intégralité ici. Point de vue.

La cigarette électronique 95% moins nocive que le tabac

La cigarette électronique contient autant d’agents toxiques que le tabac, la cigarette électronique constitue une aide au sevrage tabagique…comme tout produit récent l’e-cigarette a son lot d’études contradictoires. L’une des dernières en date portée par Action on Smoking and Health, l’organisation britannique leader dans la lutte contre le tabagisme, affirme que 50% des vapoteurs seraient des ex-fumeurs. Soient bien plus qu’il y a deux ans. La communauté d’experts et d’autres organismes, dont le Public Health of England tablent quant à eux sur une réduction de 95% des agents nocifs en comparaison avec la cigarette. Deux facteurs qui pourraient placer la cigarette électronique comme un enjeu de santé publique. On pourrait d’ailleurs penser que les gouvernements se seraient jeter sur le produit, s’accaparant de possibles bienfaits dans le sevrage tabagique. Pourtant, ils sont de plus en plus à limiter son usage.

vapoteuseEnjeu de santé publique : philosophies européenne et américaine

Europe et Etats-Unis sont très peu enclins à encourager la pratique du vapotage, avec pour preuve la directive européenne sur les produits du tabac qui tend à assimiler le vapotage au tabagisme. Cette directive qualifiée de « compromis » par Marc Michelsen fixe les règles relatives à la sécurité, indispensables pour toute commercialisation d’un produit quel qu’il soit, et limite d’un autre coté de façon drastique la publicité autour des produits du vapotage. Dans l’objectif de ne pas rendre la cigarette électronique séduisante, et par conséquent de ne pas créer de vapoteurs qui n’étaient pas des fumeurs à la bas. Rappelons-le, s’il est nécessaire, que la cigarette électronique peut être vue comme une alternative au tabac, mais ne doit pas constituer un « loisir » nouveau. A ce sujet Marc Michelsen que seuls 2 vapoteurs sur 1.000 ne sont pas des fumeurs.

Que doit-on en penser ? La cigarette électronique enjeu de santé publique ? Outil de sevrage tabagique ? Aussi nocive que le tabac ? A ce sujet, Marc Michelsen* conclue :  » Le vapotage est une révolution initiée par le secteur privé et qui a, jusqu’à présent, aidé des millions de personnes. Et ça n’est sûrement pas parce qu’elle n’est pas issue de communauté de la santé publique qu’elle soulève un tel scepticisme. Nous croyons que le vapotage peut aider des millions de fumeurs. Nous devrions exiger des élus et des organismes de santé publique de baser leurs analyses sur ses effets positifs désormais démontrés. »

*Marc Michelsen est vice-président de Fontem Ventures

 

Publié par

admin

Thibaud Durand est un auteur actif autour du sujet de la cigarette électronique, des impacts sur la santé de la cigarette traditionnelle, ainsi que de l'actualité autour du monde des vapoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *