Tabac chauffé : arnaque ou miracle ?

Résultat de recherche d'images pour "iqos logo marlboro"Cela ne vous a probablement pas échappé : les cigarettiers partent à l’assaut et développent des produits « potentiellement moins nocifs ». C’est le cas de la marque Philip Morris qui lance en France un dispositif à base de tabac chauffé, qui est décrit par le fabricant comme un produit « potentiellement moins nocif » que le tabagisme. Corse Matin avec AFP s’est intéressé au dispositif afin de tenter de savoir s’il s’agit d’une pure arnaque ou d’un vrai miracle.

Tabac chauffé : tout produit contenant du tabac est toxique et addictif

Les spécialistes s’inquiètent de l’arrivée de ces dispositifs dits moins nocifs. Ils rappellent que tout produit contenant du tabac est toxique et addictif, ce qui inclut par conséquent le tabac chauffé. Mais qu’entend-on par tabac chauffé ? Contrairement à la cigarette électronique qui chauffe un e-liquide qui contient ou non de la nicotine, les dispositifs contiennent du tabac. Ce dernier est chauffé jusqu’à environ 300° ce qui génère une « vapeur de tabac » et non une combustion comme c’est le cas avec la cigarette papier (environ 850°).

Tabac chauffé : les cigarettiers à l’assaut

Les marques de tabac semblent s’emparer du marché. Japan Tobacco International a en ce sens lancé la Ploom, un dispositif qui ressemble à un stylo et qui chauffe le tabac placé en capsules à dose unique. La Ploom est vendues en France depuis 2014. British American Tobacco de son côté expérimente depuis décembre 2016 au Japon, et aussi en Suisse sa Glo dans laquelle le fumeur insère des bâtonnets de tabac.

De son côté, Philip Morris a développé l’Iqos vendue sur internet et dans différents bureaux de tabac en France, 90 en région parisienne et 9 à Nice. Tommaso Di Giovanni, directeur de la communication pour les produits sans fumée Iqos affirme que le dispositif a moins d’odeurs, pas de cendres et pas de fumée, contrairement à la cigarette papier. C’est d’ailleurs ces points ajoutés à la non combustion qui rendraient le tabac chauffé moins nocif.

Tabac chauffé : création de dépendance

Albert Hirsch, professeur de pneumologie est sceptique. Tout ce qui est évoqué est pour lui tout bonnement non avéré, étant donné qu’il n’existe aujourd’hui aucune étude indépendante attestant de la moindre nocivité des produits. « L’industrie du tabac nous a déjà fait le coup il y a 40 ans, avec le filtre, puis les cigarettes légères, et on s’est aperçu qu’il y avait des risques majeurs, donc il faut être extrêmement prudent », renchérit Yves Martinet, également pneumologue et ancien président de l’Alliance contre le tabac (ACT).Enfin, ce produit est « fait pour créer de la dépendance », estime le Pr Dautzenberg. En effet, « une fois allumé, on doit prendre les 10 à 15 bouffées en cinq minutes » – contrairement à une cigarette électronique.

 

Publié par

admin

Thibaud Durand est un auteur actif autour du sujet de la cigarette électronique, des impacts sur la santé de la cigarette traditionnelle, ainsi que de l'actualité autour du monde des vapoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *