fake news de la vape

Les Fake News de la vape – Edition 2018

L’année 2018 a eu son lot de Fake news de la vape ! Informations erronées ou incomplètes, retour sur les news choquantes pas forcément vraies.

Fake News de la vape : des maladies se sont déjà déclarées

Cette Fake News de la vape ne date pas de cette année, mais a fait son grand retour sur les réseaux sociaux en 2018. Le site Eddenya a publié un article signalant que les premières maladies liées au vapotage s’étaient déclarées. D’après le site internet, la cigarette électronique favoriserait le développement de bronchites oblitérantes.

En cause ? Le diacétyle présent dans les e-liquides, un produit pas nouveau puisque utilisé depuis de nombreuses années dans l’industrie alimentaire, mais souvent pointé du doigt. Les e-liquides gourmands étaient particulièrement désignés. D’ailleurs, en 2016 les articles chocs entourant le diacétyle ne cessaient de voir le jour sur la toile. Tous parlaient du lien entre cette substance et la fameuse maladie susnommée. Si le sujet vous intéresse, nous vous invitons à relire notre article qui dressait à cette époque un état-des-lieux des recherches autour du diacétyle et de son utilisation dans les e-liquides.

L’article d’Eddenya évoque une étude (sans la citer) menée par des scientifiques d’Harvard. Cette dernière concluait qu’il y avait bien du diacétyle dans la majorité des e-liquides. Or, le diacétyle consommé à haute dose peut effectivement provoquer une bronchite oblitérante. Cependant, il n’a pas été scientifiquement prouvé aujourd’hui que le vapotage pouvait mener au développement de cette maladie. L’information est par conséquent fausse.

C’est désormais sûr : vapoter cause des bronchites oblitérantes

Avec une musique digne des plus grandes séries d’investigation, Viously publiait une vidéo à l’information surprenante. Le site aurait la preuve : le vapotage cause des bronchites oblitérantes. On apprend même dans la vidéo que le diacétyle est une substance interdite en France depuis 2016…

La vidéo a été publiée en mai avec ce texte :

C’est désormais officiel, les premières maladies liées aux cigarettes électroniques se manifestent. La cigarette électronique serait, d’après les médecins, beaucoup moins nocives que les cigarettes ordinaires. De récentes découvertes viennent de démontrer que la cigarette électronique n’est pas si inoffensive qu’elle en a l’air. Le diacétyle, un composant du liquide de recharge causerait une maladie pulmonaire dangereuse, «la bronchite oblitérante ». Une maladie difficile à diagnostiquer car les symptômes ressemblent à ceux d’une bronchite. Le diacétyle est un produit interdit sur le territoire français depuis 2016. Néanmoins, de nombreuses marques disponibles sur Internet continuent à intégrer ce composant au liquide. C’est le premier composant des cigarettes électroniques connu comme étant toxique. Les recherches se poursuivent encore pour déterminer quels sont les autres véritables effets de ce produit sur la santé.

Pas besoin de faire de longues recherches pour rapidement démonter cette fake news de la vape. Première erreur : le caractère officiel de l’information. Si des interrogations sur les effets de la cigarette électronique subsistent, aucune information officielle ne confirme de cas de bronchite oblitérante.

Enfin, le diacétyle est utilisé dans l’industrie alimentaire, il n’est pas interdit. A moins que les auteurs ne fassent référence à la norme XP D90-300-2. Une norme AFNOR qui proscrit le diacétyle dans les e-liquides. Une norme volontaire comme l’explique le média 20 Minutes, c’est-à-dire que juridiquement parlant, les fabricants ne sont pas forcés de l’adopter. En revanche certains e-liquides peuvent y répondre, et ainsi être certifiés répondre à cette norme. D’après  Jean Moiroud, président de la FIVAPE interrogé par le média « il y a une grande vigilance de la part des producteurs. Aujourd’hui, l’immense majorité des fabricants n’ont pas de diacétyle dans leur produit. »

La cigarette électronique est cancérigène et même plus que le tabac

La cigarette électronique est 10 fois plus cancérigène que le tabac. Vous n’avez pu échapper à cette information ! Elle n’est pas récente mais refait son apparition régulièrement. Mais d’où vient-elle ? Elle provient de l’interview de Naoki Kunugita, chercheur de l’Institut national japonais de la santé publique. Ce dernier a étudié les composants carboniques générés par la cigarette électronique.

Il a conclu avoir trouvé une concentration de formaldéhyde 10 fois plus importante dans la vape que dans la cigarette papier. Double questionnement par contre : pas de traces des recherches dans les documents universitaires japonais; et des taux surprenant. C’est du moins ce qu’a constaté le chercheur grec Konstantinos Farsalinos qui a remarqué que la marque qui rejetait le plus de la substance atteignait 34 microgrammes. La cigarette classique en rejette pendant ce temps là 200 microgrammes.

Le chercheur japonais s’est expliqué à ce sujet. Il aurait testé une cigarette électronique qui atteignait un taux de 1.600 microgrammes de formaldéhyde. D’après Konstantinos Farsalinos, le taux correspond à une erreur de dosage ou tout simplement à un dysfonctionnement. Et par conséquent…pas à la réalité.

Qui plus est, le produit est libéré quand la cigarette électronique chauffe trop. Or trop surchauffer son e-liquide donne un goût désagréable. Une habitude qu’on imagine donc bien peu pratiquée par les vapoteurs.

Avez-vous rencontré d’autres fake news de la vape ? Dites-nous tout en commentaire.

Publié par

fanny nicolas

Rédactrice engagée pour la vape libre depuis 2013, Fanny rédige des articles liés à l'actualité autour de la cigarette électronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *