2 sommet de la vape le 20 mars 2017 au CNAM Paris

La cigarette électronique désormais légitime ? Lors du second Sommet de la Vape qui s’est tenu le 20 Mars, représentants des instances de santé publique et divers acteurs de la vape sont parvenus à un consensus autour de l’e-cigarette : cette dernière tient un rôle concret dans la lutte contre le tabagisme.

La vape un outil de réduction des risques

Les instances dirigeantes de santé publique, chercheurs et usagers et professionnels du secteur sont parvenus à un consensus autour de l’e-cigarette lors de la seconde édition du Sommet de la Vape : « oui la vape est un outil de réduction des risques liés au tabagisme ». Le colloque co-organisé par le célèbre défenseur de la cigarette électronique Bertrand Dautzenberg s’est tenu le 20 mars dernier. Il consiste en une journée entière de réflexion autour des enjeux du vapotage, et de la place à accorder à la cigarette électronique dans les politiques de lutte contre le tabagisme.

S’il demeure des divergences sur la totale innocuité ou à l’inverse la totale dangerosité du produit, les acteurs s’accordent à dire que vapoter constitue une réduction des risques par rapport au tabac, et qu’à ce titre recommander la cigarette électronique pour arrêter de fumer fait sens.

« La vaporette est à la cigarette ce que le pistolet à bouchon est à l’obus de marine »

Voici la façon dont le Pr Gérard Dubois a qualifié la cigarette électronique devant les participants du Sommet. L’homme, membre de l’Académie nationale de Médecine a profité de son temps d’intervention pour rappeler les chiffres de la mortalité du tabac dans le monde. Les personnes décédées des suites de troubles dus au tabagisme seraient de 100 millions au 20e siècle et de 1 milliard au cours du 21e siècle. Pour le Pr Gérard Dubois dont les propos sont relayés par Paris Match, la seule façon de voir s’inverser la courbe serait de rendre possible l’arrêt du tabagisme.

Article rédigé d’après les informations de Paris Match