Hausse des prix du tabac : la stratégie des cigarettiers

Lit Cigarette in Ashtray10 euros le paquet d’ici 2020 ! C’est l’objectif annoncé par le gouvernement. Pour y parvenir, il entend jouer sur la fiscalité afin de forcer la hausse des prix du tabac. Les sommes dues à l’Etat augmentant, les cigarettiers sont conduits à augmenter le coût d’un paquet de cigarette, afin de conserver leurs marges.  Pourtant, les consommateurs ont pu remarquer que les paquets de cigarettes ne subissaient pas tous les mêmes augmentations. Le journal Les Echos expliquent cette différence.

Hausse des prix du tabac : pas toutes les marques ont ajouté un euros à l’ancien tarif des paquets

Après la hausse des prix cet hiver, certaines marques de cigarette ont choisi d’ajuster leurs tarifs au début du mois. Certains industriels ont choisi de baisser légèrement le prix fixé cet hiver, alors que d’autres ont maintenu la tarification.

La hausse de un euros prévue par le gouvernement ne s’est pas exactement déroulée comme convenu. Ainsi alors que le paquet de Marlboro rouge coûtait 7,30 euros avant la hausse, il coûtait en mars 8 euros, soit une hausse de 70 cts et non de un euros. Il semblerait donc que les industriels choisissent de rogner leurs marges, au profit peut être de plus de volume de ventes.

De la hausse du tabac…à la baisse légère

Après avoir augmenté le paquet de Lucky Strike Red portant son prix à 7,80 euros, le groupe British American Tobacco a choisi de le baisse de 10 centimes. Même constat du côté du groupe Camel.

Pourquoi les marques n’appliquent-elles pas les mêmes tarifs ? « Marlboro est la marque la plus vendue. Le prix retenu par Philip Morris sert donc de prix directeur pour les autres marques, et Camel fait toujours attention à rester légèrement en dessous, pour ne pas perdre de parts de marché », indique un spécialiste du secteur auprès du journal les Echos.

Un effet de reproduction justifierait que la hausse attendue par le gouvernement soit différente. Un spécialiste poursuit dans les colonnes des Echos :

« Philip Morris n’a pas imputé en totalité la hausse de fiscalité sur ses prix, ce qui pousse les autres à ne pas faire les augmentations sur lesquelles Bercy table, afin de maintenir un écart de prix avec le leader et de préserver leurs parts de marché »,

 

 

Publié par

admin

Thibaud Durand est un auteur actif autour du sujet de la cigarette électronique, des impacts sur la santé de la cigarette traditionnelle, ainsi que de l'actualité autour du monde des vapoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *