Que choisir

En parcourant la presse anglo-saxonne et française ces derniers mois, vous avez peut être remarqué les gros titres concernant la cigarette électronique. Selon de nombreux médias, l’e-cigarette serait cancérigène. Info ou intox ? On vous éclaire sur cette information : est-ce un fait avéré ?

Une étude japonaise dévoilerait que la cigarette électronique est cancérigène

L’information selon laquelle l’e-cigarette contiendrait des composés cancérigènes nous provient du Japon. Relayée dans une dépêche AFP et reprise par les médias, il s’agirait des conclusions d’une analyse menée par des chercheurs japonais et commandée par le Ministère de la Santé du Japon. L’étude a été publiée le 28 octobre 2014 dans le Journal of Environmental Research and Public Health et les conclusions tirées par les scientifiques démontrent que certains composants, qu’on connait déjà bien, sont à surveiller mais n’affirme en aucuns cas que l’e-cigarette est cancérigène !

Les éléments remis en cause sont le formaldéhyde et l’acétaldéhyde, des substances contenues dans la vapeur et dont les effets à termes restent à prouver. Nous rappelons que la cigarette électronique contient beaucoup moins d’ingrédients nocifs que la cigarette à base de tabac. Il a d’ailleurs été démontré dans d’autres études que la toxicité de l’e-cigarette était quasiment nulle. Nous vous invitons à les consulter en lisant notre article consacré aux avis médicaux sur le vapotage.

La cigarette électronique reste une excellente thérapie de sevrage tabagique

Ainsi, les informations publiées dans la presse semblent résulter d’une interprétation, plus que d’un fait réel. Le vapotage demeure une pratique moins toxique et la cigarette électronique se présente comme un très bon outil de sevrage tabagique. L’Hôpital Larrey, qui la recommande à ses patients désirant arrêter de fumer, enregistre d’ailleurs un taux de 30% de réussite dans l’arrêt total du tabac. Bien entendu, les effets du formaldéhyde et l’acétaldéhyde sur l’organisme restent tout de même à surveiller, mais leur concentration dans l’e-cigarette est faible.