Une nouvelle étude, menée aux Etats-Unis, démontre que la vapeur issue des cigarettes électroniques, altère les réponses immunitaires des souris. “Dans notre étude nous avons observé que la vapeur des cigarettes électroniques peut augmenter la prédisposition aux infections respiratoires chez la souris. Cela justifie une étude plus approfondie chez les personnes sensibles, tels que les patients atteints de BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) qui sont passées de la cigarette à l’e-cigarette ou pour les utilisateurs de cigarettes électroniques qui n’auraient jamais fumé auparavant”, a ainsi expliqué le docteur Shyam Biswal, exerçant au Département des sciences de santé environnementale à l’Ecole Bloomberg.

Vision spinner CE4La cigarette électronique altère les réponses immunitaires : conditions de l’enquête

Pour étayer leur thèse, les chercheurs ont réalisé une série de tests sur des souris. Les rongeurs étaient placés dans une chambre d’inhalation, et respiraient la vapeur d’une e-cigarette à la hauteur d’une consommation humaine de deux semaines. Un autre ensemble de rongeurs, respiraient de l’air dans une chambre. Enfin, certaines des souris ont été infectées avec la bactérie Streptococcus pneumoniae, d’autres le virus de la grippe A, les dernières n’ont pas été soumises à ces infections.

20130328-131151.jpgRésultats de l’étude

L’étude démontre que la vapeur a amoindri les capacités immunitaires, des souris soumise à la cigarette électronique, par rapport aux autres respirant seulement de l’air. Certains rongeurs sont décédés à la fin de l’enquête, à cause de cette déficience immunitaire. L’analyse a également démontré que les risques étaient moins importants avec la cigarette électronique, qu’avec le tabac. Le Professeur John Britton, directeur du Centre Britannique de Lutte contre le Tabagisme, s’est exprimé au sujet de l’étude dans The Independent.

“Les dommages aux poumons seront moindres avec les cigarettes électroniques qu’avec des cigarettes de tabac. Tout fumeur qui ne peut pas arrêter de fumer, et ne trouve pas de médicaments efficaces, serait bien avisé d’essayer la cigarette électronique” a-t-il ainsi précisé.

Le scientifique Bernd Mayer a également contesté l’étude. Il a notamment précisé que les fonctions immunitaires des rongeurs, ne sont pas comparables à celles de l’homme. Il affirme aussi que les preuves pouvant soupçonner des défaillances immunitaires, causées par la cigarette électronique, ne sont pas assez abondantes.