Des chiffres dont-il faut prendre conscience ?

On ne le dit pas assez, mais fumer nuit gravement à la santé, et pourtant nous sommes 13 millions à fumer en France, et surtout de plus en plus jeune.

Ainsi, 73 000 Français meurent des suites du tabac. Les campagnes de lutte anti-tabac ne savent plus quoi mettre en place pour sensibiliser la population. Pourtant, le gouvernement se fixe des objectifs et espère réduire à 20% le pourcentage de fumeurs en France en 10 ans.

Le gouvernement a déjà mis en avant le fait que la e-cigarette pouvait être un atout pour aider les fumeurs à sortir de leur dépendance au tabac.

Les objectifs du gouvernement

 Le gouvernement à travers sa nouvelle campagne de lutte anti-tabac espère atteindre divers objectifs, pour votre plus grand plaisir nous en citerons quelques uns.

  • Ainsi, le gouvernement se projette dans le temps et estime que dans 5 ans le nombre de fumeurs en France devra chuter de 10%.

  • Comme la Grande-Bretagne, la France veut passer sous la barre des 20% en ce qui concerne le pourcentage de fumeurs.

  • Le gouvernement a un objectif important : Dans 20 ans, 95% des jeunes devront être non-fumeurs.

Les nouvelles mesures de prévention de lutte anti-tabac

phot loi anti tabac

A destination des jeunes Français

De manière à sensibiliser les jeunes et à les protéger du tabac, le gouvernement décide d’adopter des paquets de cigarettes neutres pour les rendre moins attractifs, cette nouvelle loi sera appliquée dés 2016. Tout individu aura l’interdiction de fumer en voiture en présence d’enfants de moins de 12 ans sous peine d’une amende, rendre non fumeurs les espaces publics de jeux pour enfants, encadrer la publicité pour les cigarettes électroniques et enfin interdire le vapotage dans certains lieux publics.

Le gouvernement se soucie des fumeurs et a pour objectif d’aider ces personnes à arrêter de fumer. Pour cela, des publicités anti-tabac seront diffusées massivement, les médecins traitants devront être davantage impliqués dans la lutte contre la tabagisme. Les aider passe aussi par les frais de sevrage engendrés lors du traitement. Ainsi, le traitement sera mieux pris en charge pour les personnes prioritaires. En effet, le forfait passera de 50 à 150 euros par an pour les jeunes de 20 à 30 ans, les bénéficiaires de la CMU et les malades du cancer.

Le gouvernement tente aussi d’agir sur l’économie du tabac. Pour cela, il veut créer un fonds dédié aux actions de lutte anti-tabac, renforcer la transparence sur les activités de lobbying de l’industrie du tabac et enfin renforcer la lutte contre le commerce illicite.

La cigarette électronique reste un bon moyen d’arrêter de fumer, même si de manière morale, le gouvernement ne peut se permettre de l’encourager.