brush, painting, joyLors de notre première entrevue, Sylvie enchaînait clopes sur clopes. « Comme d’habitude »selon ses propres mots, le tabac est son vice, son plaisir. Elle fume depuis 30 ans déjà. Arrivée à 50 ans, elle se pose finalement la question de l’arrêt du tabac. C’est son entourage qui lui a parlé de la cigarette électronique, et elle a finalement choisi de sauter le pas lorsque cigaretteelec lui a proposé de devenir testeuse. C’est bien beau de vanter les mérites du vapotage au travers d’études, d’avis de spécialistes, mais les mieux placés pour en parler sont finalement les fumeurs, les accros qui ont du mal à en finir avec cette addiction. Pendant plusieurs mois nous suivrons la tentative de sevrage de Sylvie. Nous lui laisserons la parole, et elle vous racontera ses doutes, ses réussites et peut être ses échecs. Ce journal d’une accro, vous l’avez suivi, vous l’avez soutenu, il vous a peut être même aidé. Ce journal d’une accro pourrait bien s’arrêter…L’heure est à la victoire chers lecteurs, une victoire que vous raconte Sylvie.

« Cela fait un moment que je n’ai pas donné de nouvelles de mon sevrage tabagique. Il faut dire que le mois de janvier a été chaotique…l’état de santé d’un proche déclinant je me suis directement tournée vers mon vice : le tabac. Alors que ma consommation stagnait à 15 cigarettes par jour, elle est immédiatement passée à 40 et ma cigarette électronique est gentiment restée dans le tiroir. J’ai alors compris une chose : il est impossible d’arrêter de fumer si le mental n’est pas là. Il est impossible de se débarrasser de cette m****, si certaines choses nous tracassent.

Cette s******* colle à notre vie. Elle colle à nos joies, elle colle à nos problèmes, elle colle à la peau.

J’ai décidé en février de me reprendre en main. D’arrêter de me réfugier dans la fumée au moindre tracas. Ca fait donc un mois que je me suis remise à la cigarette électronique…et un mois que j’ai arrêté de fumer. Oui ! Vous avez bien lu ! JE SUIS VAPOTEUSE ! JE NE FUME PLUS ! Et si j’abuse des majuscules et des points d’exclamation c’est pour vous dire à quel point j’en suis heureuse.

Après ma prise de conscience j’ai stoppé net. Je sortais me balader plusieurs heures l’après-midi sans clopes et sans substituts. J’ai essayé de peu vapoter pour comprendre le manque, et lorsqu’il devenait trop intense je mangeais une pomme. Si vraiment je ne parvenais à me retenir, je vapotais.

Aujourd’hui je suis non fumeuse. Aujourd’hui je suis une petite vapoteuse. Et ce, après 30 ans d’un paquet par jours, voir plus.

Je ne sais pas si la cigarette électronique aura des conséquences néfastes sur ma santé dans l’avenir. Je sais par contre aujourd’hui que OUI elle aide à arrêter de fumer, à conditions que le mental soit là. Ce n’est pas le vapotage qui permet l’arrêt mais bien la volonté. L’e-cigarette ne sert qu’à rassurer, à avoir la certitude qu’à tout moment on pourra avoir sa dose. J’espère, non je sais, que je vais continuer dans cette lancée. Je suis non fumeuse, et ça me rend vulgaire, mais p***** que je suis fière.

Choisissez la joie, choisissez la vie, choisissez la vie sans fumée. »

Journal d’une accro, Sylvie essaie d’arrêter de fumer avec la cigarette électronique

>Journal d’une accro : Sylvie, nouvelle vapoteuse, future ex fumeuse
>Journal d’une accro : « La cigarette c’est mon amie »

>Journal d’une accro : découverte de la cigarette électronique
>Journal d’une accro : le manque du tabac
>Journal d’une accro : le bilan
>Journal d’une accro : à l’heure des bonnes résolutions