manifestation stop au loi de l'UE visant à réduire la commercialisation de la e-cigarette

  • Comme vous avez pu l’entendre, l’Union Européenne envisage de renforcer la réglementation de la commercialisation de  la cigarette électronique. Les projets de loi se traduirait par une restriction sur les modèles de e-cigarette rechargeables en e-liquide, des taux de Nicotine réduit avec un maximum de 5mg, et bien d’autres mesure visant à réduire le développement de ce merveilleux outil de sevrage tabagique.

Il paraît donc évident que la disparation de la cigarette à vapeur, qui compte déjà entre 7 et 12 millions d’utilisateurs en Europe, pourrait engendrer un arrêt brutal des démarches de sevrage tabagique en cours et celles qui auraient pu se produire prochainement.Voici, le courrier envoyé par le Dr Le Houezec (Docteur et  vice-président du Comité national contre le tabagisme)

Voici le lien pour consulter le blog du Dr Jacques LE HOUEZEC

Mesdames et Messieurs les Député(e)s européen(ne)s,

Le tabagisme est la première cause de maladie et de décès évitable en Europe: 29% des adultes fument, et 700000 européens en meurt chaque année. Alors que les méthodes d’aides à l’arrêt conventionnelles stagnent et n’ont guère permis d’avancée récemment, la e-cigarette aide de plus en plus de fumeurs à passer à une alternative plus sûre, on estime qu’il y a entre 7 et 12 millions d’utilisateurs européens.

Cependant, ce phénomène pourrait s’arrêter soudainement. La Directive sur les produits du tabac européenne a proposé de réglementer la e-cigarette comme un médicament. La réglementation du médicament impose des coûts importants, défavorisant la e-cigarette par rapport au tabac, et ralentirait considérablement l’innovation. Cela aurait pour conséquence d’éliminer tous les produits actuellement sur le marché. Le Parlement européen s’est opposé à cette réglementation médicale, favorisant une réglementation de produit de consommation courante. La Commission européenne propose maintenant un amendement qui définirait la e-cigarette comme un produit du tabac (ce qu’elle n’est pas) et imposerait l’interdiction de la plupart des arômes (qui représentent une part importante de l’attrait de ce produit pour les fumeurs), une limite de concentration et de contenu total en nicotine, l’interdiction des systèmes rechargeables (qui sont préférés par les utilisateurs), et une interdiction de publicité similaire aux produits du tabac. Ces propositions limiteront considérablement l’attrait de ces produits pour le consommateur.

Une telle réglementation favoriserait la vente des cigarettes conventionnelles de tabac au détriment de la e-cigarette considérablement moins dangereuse. Nous demandons expressément au Parlement européen de s’opposer à cette tentative de réintroduire une réglementation médicale dans son dos.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs le Député(e)s européen(ne)s, l’expression de notre profond respect.

Jacques Le Houezec, Consultant en Santé publique, Rennes, France
Dr Philippe Presles, Institut Moncey, Paris, France
Dr Gérard Mathern, Saint-Chamond, France
Prof Gerry Stimson, Emeritus Professor, Imperial College London, London, UK
Prof Peter Hajek, Wolfson Institute of Preventive Medicine Barts and Queen Mary University, London, UK
Dr Lynne E. Dawkins, University of East London, UK
Dr Miroslaw Dworniczak, Poznan, Poland
Dr Konstantinos Farsalinos, Onassis Cardiac Surgery Center, Greece and University Hospital Gathuisberg, Belgium
Prof Riccardo Polosa, Director of the Institute for Internal Medicine and Clinical Immunology, University of Catania, Italy.
Dr Michał Kozłowski. eSmoking Institute, Poznan, Poland
Prof Demetrios Kouretas, School of Health Sciences and Vice Rector of University of Thessaly, Greece
Prof Andrzej Sobczak, Medical University of Silesia, Katowice, Poland
Prof Aristides Tsatsakis, University of Crete, Greece