Une enquête de la mutuelle étudiante la Smerep démontre que le vapotage reste faible chez les étudiants. A l’inverse, l’usage du cannabis est fréquent chez ce public.

Un étudiant sur trois est fumeur

Afin de mieux cerner les habitudes des étudiants qu’elle assure, la Smerep a sondé ses adhérents au sujet de leur consommation de tabac, de cigarette électronique et de cannabis. Les résultats de l’étude démontre qu’un étudiant sur trois est fumeur, et consomme régulièrement du tabac. Ils sont exactement 28% à fumer quotidiennement ou occasionnellement, et 38% à être ou avoir été fumeur. Malgré la hausse des prix, et La-cigarette-electronique-un-bon-moyen-d-arreter-de-fumerla multiplication des campagnes sanitaires exposant les risques du tabac, le taux d’étudiants fumeurs demeure important.

Le vapotage intéresse peu les étudiants

Alors que la cigarette électronique est un dispositif de sevrage tabagique intéressant, elle semble être boudée par les étudiants. En 2014, seuls 16% des étudiants fumeurs ont testé et approuvé la cigarette électronique, considérant qu’elle est mieux que le tabac. Ils étaient 27% en 2013. Toujours l’an passé, 40% des testeurs du vapotage sont revenus au tabac. Un constat similaire est observable du côté des non fumeurs. En 2013, 67% des étudiants non fumeurs testaient la cigarette électronique la jugeant « fun », contre 33% en 2014. En outre, 56% des étudiants non fumeurs ont décidé de commencer à vapoter l’an passé, avant d’arrêter rapidement la pratique. Il semblerait que les saveurs e-liquides proposées, que les modèles, ou que la pratique en elle-même soient devenus moins attractifs.

jointelectroniqueimage0160% des étudiants consomment du cannabis

L’étude de la Smerep met en valeur un autre fait alarmant : 60% des étudiants consomment du cannabis de façon quotidienne ou occasionnelle. Plus de 60% déclarent en consommer pour décompresser, 50% pour oublier leurs problèmes, et 50% pour être tendance et dans l’ère du temps. Peut-être pourrions-nous conseiller l’usage du joint électronique légal à ces étudiants ? Afin de les aider à réduire, puis arrêter définitivement de consommer du cannabis quelle que soit sa forme.