Une nouvelle fois, la e-cigarette fait parler d’elle dans la presse. C’est un article paru dans le journal Slate.fr qui met en avant la difficulté de l’État à mesurer l’impact de la cigarette électronique sur le marché du tabac mais aussi sur celui des substituts du tabac qui sont officiellement en chute libre !

Le gouvernement lutte-t-il suffisamment  contre le tabac ?

Le gouvernement lutte-t-il suffisamment contre le tabac ?

Il est évident que la cigarette électronique a engendré un bouleversement sanitaire sans précédent. Jamais un outil de sevrage tabagique avait fait autant parlé de lui de part son efficacité. Les pacths et autres moyens de sevrages ont évidement aidé de nombreux fumeurs à vaincre leur dépendance en Nicotine, mais la e-cigarette a littéralement explosé les compteurs.

Comment la cigarette électronique a-t-elle influé sur le marché du tabac et des substituts Nicotiniques ?

Le phénomène de la e-cigarette a commencé en 2008, malgré une invention du concept en 2004 mais c ‘est au courant de l’année 2013 que son développement a été le plus important. Depuis 2013, le nombre de fumeur ayant opté pour ce nouveau mode de sevrage a connu une croissance à trois chiffres. Rarissime dans le monde du sevrages tabagiques. La recharge pour cigarette électronique fait donc des miracles.

Parallèlement, les professionnels de la santé se sont mobilisés et continuent de le faire pour connaître les effets sur la santé de ce moyen de sevrage révolutionnaire. D’une manière générale, les grands spécialistes de la tabacologie comme le Pr Dautzenberg, mettent en avant le fait que la e-cigarette reste beaucoup moins nocives que le tabac classique, c’est une certitude.( consulter notre rubrique d‘avis médicaux ici )

Professeur Dauntzenberg Pneumologue et Président de l'Office français de prévention du tabagisme

Professeur Dauntzenberg
Pneumologue et Président de l’Office français de prévention du tabagisme

La preuve de l’efficacité de la e-cig en quelques chiffres

Au premier trimestre 2014, la baisse historique des ventes de cigarettes moins 8.9% et de tabac à rouler moins 7,5% a été constaté, conjointement, une baisse encore plus importantes des méthodes de sevrages tabagiques traditionnelles  avec  moins 51.6% pour les patchs et  moins 39.4% pour le Champix® de la multinationale pharmaceutique Pfizer.

Ces chiffres illustrent bien la puissance potentiels de la e-cigarette dans le cadre de la démarche de l’état de lutte contre le tabagisme.Ainsi, le gouvernement va-t-il prendre conscience de l’opportunité que représente la ecig ? Les lobbies du tabac vont ils réussir à reprendre les parts de marché perdues depuis la commercilisation de la cigarette à vapeur ?

Nous verrons bien mais une chose est certaine, c’est que ce moyen de sevrage aura déjà aider des millions de fumeurs à sortir du danger du tabac.