La cigarette électronique est un « outil utile à la réduction de la mortalité et de la morbidité tabagique », d’après l’Académie Nationale de Médecine (ANM) qui a publié un rapport au sujet de l’e-cigarette. Le document rappelle que la toxicité du vapotage est moindre, comparé aux tabac. L’ANM conseille également dans le texte, de mettre en place une réglementation claire.

Les médecins encouragent la cigarette électroniqueLa cigarette électronique est moins toxique que le tabac

« En ce qui concerne la cigarette électronique, nous ne disposons à l’heure actuelle que d’une étude comparative de toxicité à long terme qui ne laisse pas apparaître, comparée aux timbres de nicotine, d’effets secondaires sérieux. », peut on lire dans le rapport, en introduction au paragraphe « Toxicité comparée de la cigarette électronique et de la cigarette classique ». Dans la suite du texte, l’ANM défend l’innocuité de l’e-cigarette affirmant ainsi que  » les concentrations de carcinogènes (formaldéhyde, acétaldéhyde, acroléine, toluène, nitrosamines) sont de 9 à 450 fois moins élevées qu’avec la cigarette traditionnelle. » Il semblerait que l’e-cigarette retrouve toutes ses lettres de noblesse dans le document.  L’Académie Nationale de  Médecine, qui a édité cette étude afin de déterminer l’éventuelle dangerosité de l’e-cigarette et de l’intérêt qu’elle peut présenter dans la lutter contre le tabagisme, poursuit en disant que c’est un « outil utile à la réduction de la mortalité et de la morbidité tabagique ».

En finir avec la cigarette électroniqueL’ANM interpelle le gouvernement pour qu’il légifère au sujet de la cigarette électronique

Dans la suite du document, l’Académie Nationale de Médecine interpelle le gouvernement, lui demandant de légiférer clairement au sujet de la cigarette électronique. Elle conseille aux autorités de mettre en place des dispositifs légaux, qui considèrent et les appareils, et leur commercialisation. Elle demande le maintien de l’interdiction de vente aux mineurs, ainsi que celle n’autorisant pas le vapotage dans les lieux publics. Elle souhaiterait également voir « l’émergence d’une e-cigarette médicament », qui serait un pas pour que les fumeurs puissent se sevrer du tabac, via un circuit pharmaceutique. L’ANM estime que la publicité devrait être proscrite, tant que le dispositif n’est pas admis comme médicament, et dispositif de santé.