Cela ne vous a probablement pas échappé. Si vous suivez avec assiduité l’actualité de la cigarette électronique, vous avez probablement lu la dernière étude américaine révélant la présence d’une substance dangereuse dans les e-liquides : le diacétyle. Le diacétyle est une substance utilisée dans l’industrie alimentaire pour simuler le goût de beurre ou de fromage. Reconnue inoffensive lorsqu’elle est ingérée, les chercheurs de l’Université de Harvard ont démontré qu’elle présentait un risque lorsqu’elle était inhalée. Le diacétyle pourrait être, sous certaines conditions, responsable d’une maladie rare : la bronchiolite oblitérante. Cependant, si le composé a un potentiel dangereux, cela ne veut pas dire que chaque vapoteur développera une bronchiolite oblitérante. Par ailleurs, la substance est surtout présente dans les e-liquides aux saveurs sucrées (chewing-gum, barbe à papa,…)De plus, pas tous les fabricants ne l’utilisent. Les e-liquides made in France en sont exempts, la substance étant interdite dans les e-liquides en France, d’après Sciences et Avenir.

Diacétyle dans les e-liquides : vive le made in France !

La norme Afnor XP90-300 prohibe l’utilisation de diacétyle dans la fabrication des e-liquides. Cette réglementation pourrait par ailleurs être adoptée dans toute l’Europe. Il existe de nombreuses marques françaises qui n’utilisent donc pas de diacétyle. C’est le cas de la marque Savourea qui décline des e-liquides saveur tabac ou d’autres plus originaux. C’est aussi le cas de la marque Nova qui propose pourtant des e-liquides avec des saveurs 100% naturelles.

La dangerosité du diacétyle inhalé ne date pas d’aujourd’hui ! Des chercheurs l’avaient déjà fait remarqué. Comme le précise Sciences et Avenir, l’objectif de cette nouvelle étude pourrait être non pas de pointer du doigt la substance, mais plutôt d’inviter le gouvernement américain à légiférer à ce sujet, comme l’a fait la France.