La-cigarette-electronique-un-bon-moyen-d-arreter-de-fumer

Une bonne nouvelles pour les consommateurs ! L’Afnor proposera une norme, concernant la cigarette électronique, en février 2015. L’objectif est d’informer les vapoteurs sur la qualité des produits, et de les aiguiller dans leurs achats.

Qu’est ce que l’Afnor ?

Afnor est une association, qui intervient internationalement. Elle est chargée d’analyser les marques, et participe à l’élaboration des normes. Elle est la représentante française au sein des organisations de normalisation, européenne et internationale. L’enjeu des normes pour les entreprises et les consommateurs, est primordial. Elles permettent la libre circulation des produits, et sont un gage de qualité pour les acheteurs. En effet, les normes démontrent l’engagement de l’entreprise, dans la production qualitative, avec pour objectif la satisfaction du consommateur.

indexL’Afnor conçoit une norme pour la cigarette électronique

La cigarette électronique séduit 1,5 millions de consommateurs. Les diffuseurs et fabricants se développent, si bien que les vapoteurs se retrouvent envahis de suggestions. L’objectif de cette norme Afnor, proposée en février 2015, est d’aiguiller les consommateurs vers des produits fiables.

Le média Europe 1, a pu obtenir des informations sur ce futur texte. Il en publie le contenu dans un article, publié le 27 janvier 2015.

Bud Touch 01Norme pour la cigarette électronique : que disent les textes de l’Afnor

L’Afnor présentera donc, une série de normes dans le mois à venir. La première concernerait une mention informative, sur la notice des cigarettes électroniques. A l’instar du « fumer tue », des paquets de cigarette, les informations concernant l’e-cigarette devraient être plus précises. La notice précisera les gestes à ne pas commettre par exemple : « si la cigarette chauffe trop, elle peut libérer une substance cancérigène ».

La norme Afnor s’axera aussi sur la sécurité. Ainsi, une liste de produits interdits sera éditée. Ces substances concernent des éléments cancérigènes ou mutagènes, précise le Pr Dautzenberg qui préside la commission. L’idée est que le consommateur puisse savoir qu’il se trouve en face, d’un produit bien fait.