Le 31 mai c’était la Journée mondiale sans tabac. A cette occasion, de nombreuses manifestations se sont tenues dans toute la France. Le Centre hospitalier de Cornouailles, y a participé à sa manière, en organisant une conférence sur la cigarette électronique. Proposées le 26 mai et accessible au grand public, les intervenants étaient Brice Lepoutre de l’Aiduce et Anne Borgne du Réseau de Prévention des Addictions. Le thème retenu était le suivant : « La cigarette électronique : une révolution en marche ».

La cigarette électronique : un outil de réduction des risques

Au coeur des considérations des deux acteurs : la prévention des risques.  Les intervenants ont désiré rétablir le vrai et le faux au sujet de la cigarette électronique, et surtout rétablir la vérité sur sa vocation : la réduction des risques. Brice Lepoutre s’est d’ailleurs révolté contre toutes les campagnes de désinformation qui existent autour du vapotage, et a profité de la conférence pour citer la désormais célèbre affirmation du Professeur Dautzenberg : « Un an de vapotage est moins dangereux qu’une journée de tabac ». 

Le discours d’Anne Borgne était surtout centré sur le rôle de l’hôpital dans la prévention, la détection et le soin des addictions. Elle a affirmé désirer voir la considération des addictions changer, en la faisant passer d’une démarche segmentaire (traitement par addiction), à une démarche globale. D’après elle il faut penser la réduction des risques, comme un tout, et non comme la prévention d’un risque isolé.

La cigarette électronique : un outil de sevrage tabagique

L’organisation de cette conférence témoigne du rôle que la cigarette électronique a à jouer. Les intervenants, et notamment Brice Lepoutre ont rappelé qu’il s’agit d’un outil de sevrage tabagique, et de réduction des risques. Destinée au grand public, l’entrevue a permis de dresser un bilan de l’e-cigarette, de rétablir le vrai et le faux au sujet du vapotage, et de faire taire les idées reçues.