Moins de cigarettes vendues en 2012 (-4,9%). C’est le résultat des taxes successives sur le tabac. Une nouvelle taxe devrait arriver en juillet prochain. Malgré cela, l’industrie du tabac ne connait pas la crise et prospère devant un Etat qui acquiesce!!

cig

Voici une interview entre le journal Atlantico et le professeur Dautzenberg (professeur de pneumologie à l’université Paris VI. Il exerce à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris au CHU Pitié-Salpêtrière. Il est également président de l’Office français du tabagisme)

Journal Atlantico : Malgré un repli de 4,9% des ventes de tabac, les cigarettiers semblent ne pas souffrir : comment l’expliquer ? Qu’en est-il des buralistes ?

Bertrand Dautzenberg : La baisse plus de 4% de la vente des cigarettes s’est accompagnée d’une forte augmentation de plus de 6% des ventes de tabac à rouler (qui permet de faire des cigarettes près de 2 fois moins coûteuses), et une augmentation de plus de 3% de la vente des cigares (en particulier des cigarillos, vendus moins chers que la cigarette). Au total, la baisse de la consommation de tabac n’est que de 3%.

Comme le prix du tabac a augmenté de plus de 6% malgré la baisse de 3% des ventes, ils ont gagné plus en 2012 qu’en 2011 pour vendre moins de cigarettes, augmentant ainsi leur profits.

Les buralistes sont encore plus bénéficiaires que les cigarettiers car chaque année ils voient leur marge augmenter de 0,1%. La Cours des comptes pose la question des raisons pour lesquelles l’état à planifié un versement de 1,5 milliard d’Euro à une profession qui avait vu ses revenus augmenter de 54% !

Pour tous les types de tabac, les buralistes sont gagnants et vont encore être gagnants en 2013. Les buralistes continuent à vendre pour la moitié d’entre eux du tabac aux enfants de 12 ans, alors qu’ils reçoivent des primes pour participer au service public et que par le plan d’avenir des buralistes ils s’engageaient à ne pas le faire. Les buralistes français gagnent probablement 3 fois plus que leurs collègues européens pour vendre les cigarettes.

Que révèle cette baisse des ventes sur la consommation de tabac en France ?

Il est plausible de penser que cette baisse de ventes s’accompagne d’une baisse de la consommation, mais pour en être sur il faudrait que la France mesure plus que tous les 5 ans le taux de fumeur (on attend pour 2015 la prochaine mesure par l’INPES ! ! !).

Il est certain qu’il y a un report des cigarettes industrielles vers le tabac à rouler qui coûte quasiment 2 fois moins cher par cigarette. Malheureusement la fumée contient encore  plus de toxiques. Et il n’y a aucun bénéfice pour la santé.