arret du tabac
L’Hopital Larrey organisait avec son unité de sevrage tabagique une journée d’information sur l’arrêt définitif du tabac le 16 octobre 2014. A cette occasion, la pneumologue Rose-Marie Rouquet spécialiste du sevrage nicotinique s’est exprimée sur les résultats de l’établissement médical, sur les enjeux des politiques dans la question de la cigarette et sur les avantages de l’e-cigarette comme thérapie de remplacement du tabac.

L’avis du docteur Rose-Marie Rouquet sur le Programme National de Réduction du Tabagisme proposé par le gouvernement

La ministre de la santé Marisol Touraine a récemment présenté un programme de réduction du Tabagisme. Ce programme propose plusieurs mesures pour favoriser l’arrêt du tabac et la prévention des dangers de la cigarette auprès des français et plus particulièrement des jeunes. Parmi les mesures évoquées il y a neutralisation et la hausse du paquet de cigarette à l’horizon 2015. Rose-Marie Rouquet estime que le paquet neutre peut être efficace pour les nouveaux fumeurs mais ne dissuadera pas ceux qui fument depuis longtemps. Elle estime qu’il faudrait abolir la publicité et toute action marketing totalement pour lutter contre le tabagisme.

En ce qui concerne la hausse du prix des paquets, la pneumologue est septique. Elle juge cette augmentation de 30 centimes insuffisante pour détourner les fumeurs et juge qu’elle n’aura de bénéfices que pour les cigarettiers. Pour être efficace, il faudrait dépasser un seuil financier psychologique  qui pousserait les gens à juger le tabac comme un produit de luxe.

20 à 30% de réussite dans le sevrage tabagique à l’hôpital Larrey

Rose-Marie Rouquet reçoit en moyenne 2000 personnes par an. Parmi ces patients 20 à 30% parviennent à arrêter totalement l’usage du tabac. Un chiffre prometteur mais qui reste bas et qui prouve que le tabac est bien une drogue dont il est difficile de se passer. Lors de ses consultations, le docteur préconise l’utilisation de l’e-cigarette avec le soutien d’un tabacologue pour se sevrer du tabac. Elle souligne cependant que l‘e-cigarette doit rester une thérapie de sevrage nicotinique et ne doit en aucun cas devenir une nouvelle façon de fumer à la mode. Il s’agit d’un substitut, comme un médicament, mais non d’un remplacement de la cigarette traditionnelle.